Le CBD, un stupéfiant pour L’Europe ?

La position de la commission européenne favorable

En ce moment même, la Commission Européenne cherche à déterminer une position claire et précise sur le Cannabis sativa L. (chanvre industriel). Malheureusement pour le moment, les décisions de la commission ne vont pas dans le bon sens. En effet, d’après les conclusions préliminaires, la commission stipule que « le cannabidiol, lorsqu’il est extrait du cannabis », doit être considéré non pas comme un aliment mais comme un produit stupéfiant.

Même si les produits aujourd’hui dérivés du chanvre industriel n’ont aucun effet psychotrope et sont tolérés par l’homme même à fortes doses (Source : OMS), il est clair que si la commission confirmait sa position, cela porterait atteinte à l’ensemble du secteur du chanvre industriel et mettrait en péril les investissements dans la valorisation des fibres et de la paille de chanvre pour les produits biosourcés.

Rien n’est encore décidé puisque le vote définitif de l’UE aura lieu au mois de Septembre ou Octobre prochain. Par ailleurs, l’Europe ne représente qu’une seule voix, et les autres Nations auront donc leur mot à dire dans ce débat.

Les enjeux de la décision

Avant tout, petit rappel, si la CND (Commission on Narcotic Drug) a classé le « cannabis et ses extraits » dans le tableau 4 de la convention des Nations Unies, un grand flou existe néanmoins sur l’encadrement législatif du CBD, que ce soit au niveau national qu’à l’international. Cependant, d’après l’OMS et de nombreuses études médicales, nous savons que le CBD n’est ni addictif, ni psychotrope. L’organisation mondiale de la Santé recommande donc au Nations Unies de modifier la convention.

Si cela ne suffisait pas et que le vote de l’UE était défavorable pour la culture du CBD, les enjeux et impacts auraient des conséquences dramatiques pour le secteur Chanvrier.

Tout d’abord, pour les producteurs de chanvre, cela priverait tout un plan d’agriculture mais aussi de nombreux futurs investissements. Puis avec la crise que nous connaissons actuellement, l’impact économique serait immense sur un secteur en plein expansion pour l’Europe. Par ailleurs, cette décision pousserait à la consommation des seuls CBD synthétiques sur lesquels nous n’avons pas assez de recul pour connaître les impacts sur la santé. Enfin, en passant de la production naturelle à une production synthétique, les impacts écologiques seront in fine plus importants.

Pour basculer la position de la Commission Européenne, de nombreux acteurs tels que l’EIHA (Association des chanvriers au niveau européen), mais aussi divers syndicats et fédérations mènent un combat pour sensibiliser la DG Santé mais aussi les eurodéputés.

Source : cbdnation.fr

+ d’info ICI

Partagez cette article »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email